5 mythes sur les chaussures de course à pied

12 septembre 2016 | Course à pied

Plusieurs mythes circulent au sujet des chaussures de course à pied, en voici 5 fréquents!

 

1- Le poids corporel doit être considéré lors du choix du soulier

FAUX, la présence d’un surpoids ne devrait pas influencer le choix du niveau d’absorption nécessaire. Il est même recommandé qu’un débutant avec un surpoids s’oriente davantage vers une chaussure de course à pied plus minimaliste* pour favoriser ses mécanismes d’absorption naturels et ainsi prévenir l’arthrose aux genoux très fréquente dans les cas d’embonpoint.

 

2- Les gens avec les pieds plats devraient acheter des souliers possédant un soutien de l’arche plantaire (anti-pronateur)

FAUX, la pronation constitue un moyen naturel permettant de diminuer la force d’impact des pieds au sol. Cette absorption au niveau des articulations du pied diminue donc les chocs transmis aux genoux, aux hanches et à la colonne vertébrale. Toutefois, dans certaines situation où la pronation excessive du pied provoque des douleurs qui ne sont pas réduites par une approche thérapeutique habituelle, l’utilisation d’un support externe (orthèse plantaire, soulier anti-pronateur) pourrait être envisagée.

 

3- Les habitudes de chaussage prises en bas âge et les années d’expériences en course à pied devraient être considérées lors du choix d’une chaussure.

VRAI, les coureurs habitués à marcher pieds nus et les débutants devraient plutôt être orientés vers un soulier avec moins d’absorption et de soutien que ceux ayant beaucoup d’expérience de course avec une chaussure possédant un indice minimaliste faible.

 

4- Le poids d’une chaussure a peu d’influence sur les performances

FAUX, il a été démontré qu’il y a augmentation de la consommation d’oxygène de 0,7 à 1% par tranche de 100g ajoutée au poids du soulier. Cela représente une différence de 15 à 20 minutes pour un marathonien moyen (4h20) s’il court avec une chaussure de 120g par rapport à 350g.

 

5- La présence d’une blessure aura une influence sur le choix du soulier

VRAI, un soulier avec une bonne capacité d’absorption et une plus grande rigidité permettra de protéger une blessure au pied, tendon d’Achille ou mollet. Dans le cas de douleurs au genoux, aux hanches et au dos, un soulier plus minimaliste* permettra de diminuer les impacts en améliorant les méthodes d’absorption naturelles du corps humain.

 

*L’emploi du terme minimaliste est utilisé en comparaison entre 2 chaussures. Les facteurs influencant le degré minimaliste d’une chaussure sont la flexibilité, le poids, le dénivelé (différence d’épaisseur  de la semelle entre le talon et les orteils), l’épaisseurs au talon, les technologies de stabilité et de contrôle du mouvement.

Nos derniers articles

Traiter et prévenir l’entorse de la cheville

Que faire en cas d’entorse ou foulure de la cheville ? Tout d’abord, vous pouvez tenter d’évaluer le grade de l'entorse à l’aide de la classification qui a été discuté précédemment dans notre article qui explique l'entorse de la cheville. Si vous avez un doute à...

Lire la suite

Débuter la saison de course du bon pied

Plusieurs personnes profitent du printemps pour faire un retour à la course à pied ou pour s’y initier. Bien que nous encourageons les gens dans la pratique d’activités sportives, l’augmentation des stress biomécaniques venant avec la course peut aussi augmenter le...

Lire la suite

5 conseils pour mieux gérer les maux de dos

Les maux de dos représentent une des causes les plus fréquentes de consultation en chiropratique, et voici 5 conseils pour mieux les gérer.   Ne pas rester complètement immobile À moins d’une incapacité réelle à bouger, il est préférable d’éviter la sédentarité...

Lire la suite