Clinique Altitude Santé

Comprendre et traiter l’entorse de la cheville

Écrit par Dr. Pier-Olivier Carrier, Chiropraticien le 8 juillet 2016

Tout d’abord qu’est-ce qu’une entorse ?

Il s’agit de l’atteinte d’un ligament, pouvant aller d’une toute petite lésion (microdéchirure) jusqu’à une rupture complète. Le ligament est le tissu principalement constitué de collagène qui relie les os ensembles afin de solidifier les articulations. On peut parfois confondre le ligament avec son voisin, le tendon, mais ce dernier attache plutôt les muscles aux os.

La majorité du temps, l’entorse de la cheville se fait en inversion, c’est-à-dire lorsque le pied tourne vers l’intérieur. La douleur apparaît alors sur le côté extérieur de la cheville. Lorsque le pied tourne vers l’extérieur, il s’agit alors d’une entorse en éversion et la douleur se fera alors sentir sur le côté intérieur de la cheville. Un autre type d’entorse peut atteindre les structures au-dessus de la cheville, mais nous ne s’y attarderons pas pour le moment puisque celle-ci est beaucoup moins fréquente.

La classification des entorses

On compte 3 grades :

  • Grade 1 :
    • L’atteinte au ligament est faible (microdéchirure).
    • La douleur et l’enflure sont faibles.
    • Aucune instabilité ou ecchymose n’est présente.
    • La guérison peut varier entre 10 à 14 jours.
  • Grade 2 :
    • Il s’agit d’une déchirure partielle du ligament.
    • La douleur et l’enflure sont modérées. La douleur peut d’ailleurs rendre la mise en charge pénible et affecter les amplitudes de mouvements de la cheville.
    • Une ecchymose est présente et une faible instabilité peut être perçue.
    • La guérison peut varier entre 2 à 6 semaines.
  • Grade 3 :
    • La déchirure ligamentaire est complète.
    • La douleur et l’enflure sont sévères. Il est généralement plutôt difficile de porter le poids du corps sur la cheville blessée et les amplitudes de mouvements y sont considérablement limités.
    • Une ecchymose significative de même qu’une instabilité sont présentes.
    • La guérison, beaucoup plus longue, varie entre 4 à 26 semaines.
    • Ce grade est souvent problématique puisqu’une fracture peut être présente sans toutefois avoir été identifiée et traitée adéquatement. De plus, une instabilité de la cheville persiste souvent à la suite d’une entorse de ce grade. L’intervention chirurgicale peut même parfois être nécessaire si l’instabilité résiduelle est trop importante.

 

Quels sont les facteurs de risque pour cette blessure ?

Les entorses de cheville sont le plus souvent rencontrées dans les activités impliquant des changements de direction brusque ou des sauts. Par exemple, le soccer, le basketball, le volleyball et la danse sont des activités où ce type de blessure est particulièrement rencontrée. Très répandue, l’entorse de cheville constitue en fait la blessure la plus fréquente touchant le membre inférieur.

L’entorse semble démontrer une préférence pour le sexe féminin. Selon de récentes études, les femmes seraient effectivement 2 fois plus à risque que les hommes pour ce type de blessure. Ces statistiques seraient possiblement attribuables au fait que les femmes ont règle générale, des ligaments plus souples que les hommes et que le cycle hormonal féminin contribuerait davantage à cette laxité ligamentaire.

Cependant, le facteur de risque le plus important pour souffrir d’une entorse de la cheville est d’en avoir déjà subi une. Effectivement, les gens souffriront d’une 2e entorse de la cheville dans plus de 50% des cas. Quelques études vont même jusqu’à dire que la récidive serait présente jusqu’à 70% des cas. Pourquoi est-ce aussi fréquent ? L’entorse de la cheville est régulièrement négligée et malheureusement, une entorse non traitée laisse souvent une perte de mobilité, un manque de force, ou une perte du sens de la position (proprioception) et de la synchronisation musculaire.

 

Que faire en cas d’entorse de la cheville ?

Tout d’abord, vous pouvez tenter d’évaluer le grade de l’entorse à l’aide de la classification qui a été discuté précédemment. Si vous avez un doute s’il y a présence d’une fracture, n’hésitez pas à consulter votre chiropraticien. Ce dernier pourra déterminer si la prise de radiographie est nécessaire et si c’est le cas, il pourra vous en prescrire ou effectuer une évaluation radiologique.

Par la suite, rapidement après la blessure, il est possible de prendre des actions pour améliorer sa situation.

  • Le Repos est de mise pour une certaine période lorsque la douleur est trop incapacitante. L’utilisation de béquilles ou d’une canne peut parfois même être nécessaire pour une certaine période lorsqu’il est trop douloureux de se porter sur le pied affecté.
  • La Glace est bien utile pour diminuer la douleur et améliorer votre confort. On parle alors d’une application de glace, ou d’un sac de gel prévu à cet effet, dans un linge humide sur la région douloureuse pour une période d’environ 15 minutes. Malheureusement, à l’inverse de ce que l’on croyait, il n’existe aucune preuve scientifique que la glace permet de réduire l’enflure.
  • L’élévation de la cheville de façon à ce qu’elle soit plus haute que votre genou, que ce soit en position couchée ou assise, facilitera le drainage de l’enflure.

Bien sûr, on ne veut pas rester immobile trop longtemps puisqu’il est primordial de limiter l’atrophie musculaire et de conserver une bonne mobilité articulaire. Tout en respectant son niveau de douleur, il est possible de commencer à bouger les orteils, puis ensuite la cheville, tôt dans le processus de guérison. Les contractions musculaires provoquées par ces mouvements produiront également un effet de pompage pour éliminer plus rapidement l’enflure.

Dès que la douleur le permet, on essaie de remettre graduellement du poids sur la blessure. Tel que mentionné précédemment, le temps de guérison variera selon le degré de sévérité de la blessure ainsi, il faudra accepter qu’une entorse de cheville peut parfois être longue à guérir. Une fois qu’il est possible de supporter le poids du corps sans douleur, on peut débuter les exercices de proprioception (perception de la position).

  • Pour débuter, on peut se tenir en équilibre sur une jambe en fixant un point devant soi. Cet exercice permet d’améliorer l’équilibre et du même coup, le contrôle des muscles de la cheville.
  • Pour augmenter le niveau de difficulté, on peut :
  1. Fermer les yeux.
  2. Se tenir sur une surface instable (oreiller/coussin ou coussin d’équilibre de type SitFit).
  3. Ajouter une autre tâche en même temps. Par exemple, lancer une balle ou un ballon au mur pourrait être un bon ajout.
  • Pour rendre l’exercice plus fonctionnel, on peut aussi :
  1. Marcher en avançant ou en reculant, un pied devant l’autre, à la manière d’un funambule.
  2. Se déplacer avec de petits sauts vers l’avant, l’arrière, ou latéralement en utilisant seulement une jambe, ou les 2 en même temps.
  3. Répliquer les mouvements utilisés dans le sport que l’on pratique, mais de façon contrôlée et progressive.

Une chose importante à retenir ; plus la proprioception de vos chevilles sera bonne, meilleure sera votre capacité à éviter les récidives de blessure à la cheville !

Si une perte de mobilité semble être présente suite à votre entorse, il est possible de faire des étirements, dans la direction problématique, qui seront maintenus pour une durée de 30 à 60 secondes et répétés entre 2 à 4 fois par jour selon le l’ampleur de la limitation.

Si l’immobilisation fût trop longue, ou si l’entorse à atteint un muscle, une faiblesse à la jambe ou à la cuisse peut perdurer. Dans ce cas, des exercices de renforcement seront des plus utiles afin de normaliser le tout.

  • Exercices de renforcement pour le pied et la cheville ;
  • Exercices de renforcement pour la cuisse ;
  • Exercices de renforcement pour les fessiers ;

Le retour complet au sport pourra se faire lorsque les amplitudes de mouvements de la cheville seront complètes et que la stabilité articulaire sera retrouvée. Dans plusieurs cas par contre, le retour au sport pourra se faire plus tôt si un support, tel qu’un bandage athlétique ou une chevillère, est porté.

N’hésitez pas à consulter votre chiropraticien puisqu’une entorse de cheville mal soignée vous expose grandement à une 2e entorse. De plus, ce dernier pourra améliorer votre condition à l’aide de techniques de travail musculaire et de fascias, de mobilisations et de manipulations articulaires, de bandage neuroproprioceptif ou athlétique, et de prescription d’exercices appropriés.

Vous avez quelque chose à dire :

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Je prends RDV avec mon Chiro en cliquant ici !